Menu
La nouvelle fréquence unité > http://www.lapressegalactique.com

Inelia Benz


Traduction française de la vidéo

L'interviewer a connu Inelia lors de son interview avec Bill Ryan (Projet Avalon), et a parfois été sceptique par rapport à certains points évoqués.

Il trouve que les gens semblent répéter toujours la même chose lors de leurs différentes interviews et espère que celle-ci sera différente !

Inelia commence par rappeler son parcours et sa raison d'être -> augmenter le taux vibratoire de la planète alors qu'elle ne savait pas comment faire... (voir la retranscription de la conférence du 20 octobre 2011 "Grass Valley meet and greet")

INELIA :
Janvier 2010 : j'ai reçu l'ordre (de la Source) de faire mes débuts dans la sphère publique. J'étais plutôt réticente, vu que j'estimais que l'important était l'information, accessible sur mon site Internet. (je voulais rester dans mon coin !)

J'ai entrepris alors des recherches sur Internet pour découvrir pourquoi la Source me demandait cela.

Je me suis alors rendue à un événement organisé par Hay House Publishing (éditions de livres et autres contenus ésotériques) à San Diego en Californie, et ai observé comment les différents intervenants prenaient la parole en public.
Chacun d'entre eux était unique et pourtant ils fascinaient l'auditoire.
Ils avaient un point commun : ils étaient eux-mêmes, tout en étant ouverts !

Je me suis alors dit que j'en étais capable, sans savoir pourquoi la Source me demandait de faire cela.

Depuis 1 an et demi, le voyage a été intéressant, j'estime que le message est mieux accueilli par les gens lorsqu'ils peuvent mettre un visage derrière les mots, surtout s'il s'agit d'une personne ordinaire qui élargit leurs possibilités sur cette planète, et c'est ce que j'ai fait : j'ai commencé à raconter ma vérité, mon expérience personnelle, sans me soucier de la réaction des gens ; certains ont trouvé cela complètement aberrant, d'autres m'ont envoyé des milliers d'emails en me disant "oui c'est bien moi, c'est de moi que vous parlez !"

Il n'y a aucun mystère, je ne fais qu'énoncer ce que je ressens, les gens sont libres de l'accepter ou de le rejeter.

INTERVIEWER :
Vous dites être un être humain ordinaire mais ce n'est pas le cas ; vous avez dit à Bill Ryan que vous ne vous étiez jamais incarné en tant qu'être humain auparavant, et que lorsque vous étiez petite, vous tombiez souvent parce que vous aviez une vision à 360 degrés mais vous ne regardiez pas avec vos yeux physiques !

J'ai déjà entendu parler de vision à 360 degrés auparavant, notamment en ce qui concerne les Yogis. Par contre, le fait de ne jamais avoir été incarné semble être plutôt la définition d'un Avatar, une manifestation de Dieu s'incarnant pour accomplir un but particulier.

Lorsque vous prétendez cela, [sans vouloir être sceptique], la question suivante me vient à l'esprit : comment savez-vous cela ? Des personnes prétendent avoir été Cléopâtre dans une autre vie...

Le savez-vous avec certitude ? Quel mécanisme vous permet de savoir que vous n'avez jamais été un être humain auparavant ?

INELIA :
C'est une question très intéressante. J'ai un souvenir du moment qui précède ma naissance, et JE étais présente, consciente de ce que j'avais à faire.

INTERVIEWER :
Qui est ce JE ? Qui était là ?

INELIA :
L'Être, ce que les Humains appelleraient l'Âme.

INTERVIEWER :
Donc il y avait une forme d'individualité ? Une manifestation individuelle qui d'une certaine manière cherchait à s'incarner dans un corps ?

INELIA :
Absolument, j'appelle cela une Singularité. J'étais devenue une Singularité et j'en avais entièrement conscience. Quand je me suis approchée du corps physique, un accord devait être passé avec ce dernier, car j'ai découvert qu'il est doté d'une intelligence, il est un être qui par nature évolue également. Il est la forme physique la plus avancée de manifestation de la conscience divine, au niveau de l'atome.

L'Être et le corps physique travaillent ensemble, unissent leurs forces le temps d'une vie, en évoluant ensemble.

Mon corps avait terminé son chemin d'évolution en tant qu'être humain, et il lui a été demandé de "m'héberger", de m'aider le temps d'une vie, et il semble avoir éprouvé le sens du devoir.

INTERVIEWER :
Ok, donc vous dites que le corps physique, malgré le cycle naissance - croissance - mort, et le fait que l'âme cherche un véhicule adéquat à son évolution à chaque vie, possède une part d'intégrité que l'on transporte avec nous de vie en vie. C'est bien ce que vous êtes en train de dire ?

INELIA :
Oui. Je pense que c'est ce qui se cache derrière le phénomène des Walk-in, à savoir que l'Être quitte le corps physique mais ce dernier reste en vie, puis le nouvel Être (une autre âme) prend place dans le corps.

INTERVIEWER :
Donc vous dites que si on prend l'exemple de mon corps, il est né et il a peut-être tué au cours de la 2éme guerre mondiale, qui sait. Donc l'âme qui l'occupait n'est peut-être pas celle qui occupe mon corps actuel ?

INELIA :
Oui.

INTERVIEWER :
Intéressant, car d'habitude on pense au corps en termes de poussière à poussière, cendres à cendres, hop il est mort... mais vous dites que d'une certaine manière il y a une réapparition de la même physiologie.

INELIA :
Oui, c'est ce que j'ai vécu personnellement. Je me suis aperçue qu'il y avait des enseignements qui reflétaient cet enseignement. Une personne pourrait par exemple avoir des souvenirs d'une vie antérieure, puis des souvenirs d'une autre vie qui se déroule durant le même espace-temps ! Comment puis-je vivre deux vies en même temps ? Il se peut très bien que l'un des deux souvenirs soit les mémoires du corps, et l'autre les mémoires de l'âme.

Souvent, de nombreux traumatismes physiques par exemple, des peurs ou des phobies concernent uniquement le corps physique, car l'Être ne va évidemment pas avoir une phobie des araignées ! Le corps va les ressentir et cela est probablement lié à des expériences dans le passé, où il a été piqué par une araignée vénéneuse par exemple !


INTERVIEWER :
Oui, je pense que nous avons également des programmations dans notre génétique, comme l'attitude "le combat ou la fuite" (instinct de survie).

INELIA :
C'est exact. Personnellement, quand je travaille sur les vies antérieures, c'est très difficile pour moi de distinguer d'où ça vient. Quand je suis avec quelqu'un, j'arrive à voir de différentes manières leurs vies antérieures et à en faire l'expérience telle qu'ils les ont vécues.

J'ai eu des réminiscences, et je cherchais à savoir ce qu'il y avait derrière.

Quand vous posez une question, vous pouvez sentir dans votre champ d'énergie un "oui" ou un "non", c'est la technologie du corps physique que vous pouvez mettre à contribution.

J'observais une réminiscence et je demandai "est ce qu'elle m'appartient ?" "Est-ce qu'elle concerne mon corps physique ?" et j'obtenais une réponse.

INTERVIEWER :
Vous êtes sûre de ne pas avoir été bloquée dans votre tentative de vous souvenir ? Parce que les personnes ordinaires sont bloquées dans leur tentative de se souvenir de leurs vies antérieures.

INELIA :
Non, moi je n'ai jamais eu de blocages, je peux voyager librement dans l'espace-temps, je n'ai jamais eu de problème pour voir !

Il y a eu un jour un accident très drôle, lorsqu'une personne était en train de raconter devant un groupe de personnes (j'étais présente) une de ses vies antérieures qui se déroulait en Grande-Bretagne pendant le Moyen Âge.

Elle décrivait très précisément l'endroit où elle se trouvait ainsi que la personne qu'elle était.

En l'écoutant, je me suis demandé si elle avait vraiment été cette personne ou bien si elle avait capté un souvenir issu de la conscience collective, car comme vous l'avez dit précédemment, tout le monde prétend avoir été Cléopâtre ! De plus, la personne qu'elle prétendait avoir été est une femme très connue de l'Histoire.

J'ai donc parcouru sa "life stream" (mémoires akhashiques ?) pour vérifier la véracité de ses propos. Je l'y ai observée, dans cette époque passée, fascinée que j'étais par cette femme. (elle disait vrai) Elle m'a alors regardé la regarder, et soudain, de retour dans l'espace-temps actuel, elle m'a regardé et m'a dit "Vous, vous y étiez présente aussi !" J'ai alors répondu, surprise, "oh ! euh, peut-être !"

INTERVIEWER :
C'est comme si on avait mis des miroirs à côté de vous deux et que l'infini y circulait !

INELIA :
Exactement, c'est une personne très intuitive, dotée d'une grande force psychique, donc je dois être prudente parfois, car lorsqu'on se rend dans une vie antérieure, on peut changer le déroulement de l'Histoire.

INTERVIEWER :
Oui, il y a pas mal d'histoires de science-fiction à propos de cela ! (notamment ce qu'on appelle l'effet papillon)

INELIA :
C'est vrai ! Lorsque j'observe attentivement l'évolution, notamment la phrase que j'ai prononcée "avant que je sois née il n'y avait rien qui n'était tout" (there was nothing that was everything), mais je n'avais pas de conscience en tant que singularité, j'en suis sûre.

Quand je suis née, tous mes problèmes dans ma vie humaine étaient liés au fait de vivre en tant que singularité.

Enfant déjà, ma mère me disait de ne pas lire dans les pensées des gens car c'était indécent, ou encore de ne pas répondre aux questions avant que la personne l'ait formulée avec sa voix !

Beaucoup de personnes ont des pouvoirs télépathiques et d'autres encore, et cela fait partie de la boîte à outils humaine. Une des choses importantes à cet égard est que nous ne sommes pas vraiment la singularité unique que nous vivons, c'est plutôt une illusion, ce n'est pas réel.

Je peux voir les événements de ma vie, je me suis même vue, en tant que femme mûre, retourner dans le passé lorsque j'étais une enfant pour me dire que tout va bien, que je me débrouille très bien, mais je n'ai jamais pu voir au-delà, comme une vie antérieure par exemple ou autre chose ; c'est comme si c'était une dissolution et un retour au "néant". (sous entendu, elle n'a pas vécu en tant qu'humain auparavant)

J'ai 45 ans et au cours de ma vie, j'ai découvert encore et encore que quoi que je fasse, quelle que soit la décision que je prenne, quels que soient les événements que je vis |nous parlions tout à l'heure de l'information que je recevais qui me demandait de faire quelque chose|, ça n'a jamais eu le moindre rapport avec ma singularité, jamais.

Ca n'a jamais concerné le fait d'enseigner ou non quelque chose à Inélia Benz ; ça a toujours été quelque chose d'autre, quelque chose de supérieur ou concernant quelqu'un qui est en train de faire du bon travail, aider la Planète ou faire quelque chose, mais ça n'a jamais concerné mon évolution personnelle.

Et je n'ai jamais été attirée par mon évolution personnelle car elle n'existe pas vraiment : je ne suis pas ici pour évoluer, je suis ici pour faire mon job ! Et une fois que ce travail est fait, j'ai terminé !

Cela me donne une énorme liberté car je n'ai aucune attache ni à la "personne" que je suis, ni à ce corps physique, ni à ce qui m'arrivera par la suite. Quand ce corps et moi-même quitteront cette planète/cette existence en tant que singularité, je n'aurai aucune attache, que je retourne à la Source ou non ! Ca n'a absolument aucune importance !

INTERVIEWER :
Intéressant car la plupart des personnes que j'interviewe ont commencé à vivre normalement, puis à un moment donné ont commencé à s'intéresser à la spiritualité, sont passées par différentes phases de recherche, et la plupart d'entre elles ont fini par connaitre un "éveil" qui leur a permis de comprendre qu'elles ne sont pas leur individualité, du moins pas uniquement : eIles sont une sorte de "conscience universelle" mais il n'y a pas d'entité individuelle, elles sont bien plus que cela.

Dans votre cas, [nous parlons en utilisant des pronoms personnels que "je", "vous"], mais si vous deviez décrire votre expérience quotidienne habituelle, vous définiriez-vous principalement en tant qu'Inelia la personne qui fait toutes ces choses ? Ou bien vous identifieriez-vous davantage avec cette personne abstraite qui manifeste des choses ?

INELIA :
C'est une excellente question. En fait c'est un affrontement, car je suis venue ici pour être humaine, car c'est le seul moyen pour moi d'augmenter le taux vibratoire de la planète et de la conscience collective, le seul moyen pour moi d'avoir un effet sur cette matrice.

Donc je dois être humaine, mais parfois je dois me souvenir de qui je suis. Mon corps est mon plus grand allié car c'est un corps humain, donc il a besoin d'être nourri, hydraté, il a accouché quatre fois, il a porté quatre enfants : ça a été stupéfiant pour moi de sentir ce petit bébé grandir dans mon corps, c'était déroutant d'accueillir en moi un gigantesque être divin illimité, car mon bébé et moi partagions le même corps pendant 9 mois !

Puis, au moment d'accoucher, avec son tout petit corps, une lumière s'est étendue et a tout recouvert, puis a commencé à se contracter jusqu'à devenir une singularité, puis le bébé devient familier avec son corps physique, son corps émotionnel, et enfin il devient humain. Je me souviens que les quatre fois où c'est arrivé je me suis sentie en panique !

En ce qui concerne mes quatre enfants, ils sont très "Lumière". L'un d'entre eux, à chaque fois que je le vois, je lui demande "est-ce-que tu as fini de jouer à des jeux humains ? Est-ce-que tu vas faire ton travail ?" Car il est ici pour réaliser un travail très important également. Il me répond "non, non, maman, je suis encore en train de jouer à mon jeu humain !" mais il y joue consciemment, et je ne peux que lâcher prise.

Ca a été un bon exemple pour moi pour comprendre comment ça fonctionne. Je dois me connecter à mon corps physique et apprendre à l'écouter, car il a besoin de contact physique avec les autres, besoin d'être caressé, qu'on le prenne dans ses bras, d'être embrassé, voir et être vu, interagir avec les autres corps physiques.

J'apporte cette précision parce que je peux contacter instantanément n'importe quelle personne que je connais au niveau de son Être ou au niveau psychique, mais mon corps physique a vraiment besoin d'un contact tactile.

J'ai appris cela lorsque ma mère est décédée, j'étais dévastée, c'était horrible, je ressentais tellement de douleur et je me demandais pourquoi vu qu'elle se tenait à côté de moi ! (probablement en tant qu'âme !)

Et là j'ai compris que c'était mon corps qui souffrait, car il était incapable de la voir, de la toucher, de la serrer dans ses bras, de l'embrasser ; et il était incapable d'être vu, touché, cajolé et embrassé.

J'ai compris pourquoi nous avons besoin de ce contact physique, de communiquer à ce niveau.

Je dois donc me souvenir, essentiellement lorsque je me lève le matin : ok donc maintenant on doit manger, boire de l'eau, prendre une douche et faire toutes ces choses ! Parce que si ça ne dépendait que de moi (sous-entendu si elle ne faisait pas l'effort de se souvenir), mon corps physique serait probablement mort si je me contentais d'être uniquement mon Être !

Parfois, lorsque j'effectue une canalisation (channelling), enfin c'en est pas vraiment, c'est plutôt recevoir l'information directement, je passe plusieurs jours à travailler sans manger ni boire et ce n'est vraiment pas bon pour mon corps.

Ca a été une bonne leçon, vraiment !

INTERVIEWER :
Humm, Amma (femme indienne qui pratique le Darshan = prendre dans ses bras des millions de gens à travers le monde pour leur faire ressentir l'amour divin) fait cela aussi, elle passe des journées entières à faire son travail sans vraiment se nourrir ni dormir ; et son entourage est obligé de la "prendre en main" pour la faire manger et dormir, sinon elle ne le ferait probablement pas !

Êtes-vous toujours mariée ? (Inelia répond Oui)

Ok, que pense votre mari de tout cela ?

INELIA :
Eh bien, il se contente de l'accepter ! C'est drôle parce que mon mari est une très vieille âme, mais il a choisi de ne pas avoir ces "pouvoirs" que je possède. Il a en fait un rôle de logisticien dans mon quotidien et il m'aide à m'ancrer.

En fait nous vivons dans deux maisons séparées car nous nous sommes aperçus que nous ne pouvions pas vivre ensemble !

INTERVIEWER :
Est-ce-que c'est dû au fait qu'il est trop ancré dans la Terre ou vous pas assez ?

INELIA :
Probablement les deux ! J'ai constaté que l'énergie était trop dense dans notre foyer, donc j'ai déménagé pour avoir mon propre espace vital. Nous vivons en fait à 2 minutes l'un de l'autre.

Je passe beaucoup de temps chez lui, car nous avons un enfant de 5 ans.

Vivre seule est une bonne chose pour moi, car vu que personne n'est là pour m'ancrer ou me rappeler qu'il faut se nourrir, je dois me souvenir que je dois prendre soin de mon corps !

INTERVIEWER :
Je suppose que votre enfant de 5 ans exige une attention constante.

INELIA :
Absolument, sans oublier mes autres enfants âgés de 26, 24 et 23 ans !

INTERVIEWER :
Je vois, mais est-ce-que votre enfant de 5 ans vit avec vous ?

INELIA :
Non, il vit avec son père mais je m'y rends chaque jour, je prépare le dîner, m'assure qu'il va bien, le couche...

Avoir des enfants m'a été extrêmement utile parce qu'ils ont besoin d'être réveillés le matin, prendre leur petit-déjeuner, avoir ce contact physique... et les avoir dans ma vie m'a permis de m'ancrer.

INTERVIEWER :
Ca c'est sûr ! Donc vous sentez paradoxalement que d'un côté il y a une entité qui évolue, et de l'autre il n'y en a pas ! Il n'y a pas d'évolution, et cela s'applique aux 7 milliards que nous sommes !

INELIA :
Absolument !

INTERVIEWER :
Mais en ce qui vous concerne, vous dites qu'il n'y a pas d'entité qui évolue ! Pourtant cette part de vous, en tant qu'Inelia, devient probablement + savante et + expérimentée, peut-être même + sage ; mais vous dites qu'en termes de spiritualité, il n'y a aucune croissance.

INELIA :
Tout à fait ! Je peux voir les possibilités des personnes que je connais, et à la fin de la journée tout le monde est comme cela : leur durée de singularité est en quelque sorte séparée dans une deuxième illusion, qui lorsqu'on vit dans notre corps physique, peut durer des centaines voire des milliers d'années ! C'est bel et bien réel !

Pour rebondir sur ce que j'ai dit précédemment concernant le fait que tout ce que je fais ne me concerne pas moi directement, alors, oui, j'ai eu un chemin d'apprentissage sur cette planète, mais il s'agissait pour moi d'apprendre à faire le travail de la manière la plus efficace : par exemple "comment briser telle barrière (ou limite) ?" et le faire d'une manière très concrète, que tout le monde est capable de faire.

Puis, j'examine cela, et je peux utiliser cette information pour aider les autres à augmenter leur propre taux vibratoire. Par conséquent, quand des milliers de millions de personnes augmentent leur taux vibratoire, le taux vibratoire de la conscience collective de la planète augmente à son tour. Au niveau planétaire, Gaia a déjà réussi son ascension, elle n'a plus besoin de notre aide, c'est la conscience collective qui en a besoin !

INTERVIEWER :
Comment définissez-vous l'Intelligence qui orchestre votre vie ? Celle qui a eu pour effet de vous faire venir au monde, celle qui vous donne des instructions comme celle de faire votre apparition dans la vie publique...qui est le Boss ?

INELIA :
Eh bien ça dépend de la religion de chacun ! En fait, la façon dont je vois la singularité ultime existante dans cette matrice, est basée sur la conscience divine. Tout ce que l'on voit, touche et ressent serait donc l'expression de ladite conscience, même un verre d'eau par exemple !

Quand je dis que je viens de la Source, la première étape du "devenir" serait celle-là, à savoir cette conscience divine qui rapetisse jusqu'à devenir cette petite singularité appelée Inelia Benz.

D'où vient l'information ? Eh bien c'est très difficile de répondre qu'elle vient de "lui", d' "elle", d' "eux", car généralement elle provient de différents endroits. Toute image qui me vient à l'esprit est destinée à m'aider à interpréter le message plus facilement, donc si par exemple je vois une femme habillée en blanc qui s'appelle Gaia, eh bien c'est ce que je dois comprendre à ce moment donné et ce sur quoi je dois axer mes efforts.

A un autre moment je ne verrai qu'une lumière, que la conscience collective d'un collectif en particulier, puis la conscience collective d'un autre collectif, telle que celle de nos cousins les extra-terrestres ou tout autre être ultra-dimensionnel, etc.

Comment est-ce-que je distingue l'information qui provient de la Source de celle qui provient de mon égo [car j'ai un égo, c'est intrinsèque à la condition humaine] ou d'une entité cherchant à se faire passer pour la Source ?

Eh bien c'est très simple, et tout le monde peut le faire, il suffit d'écouter nos émotions ! Si j'énonce une vérité, telle que "je m'appelle Inelia" ou "je suis assise sur une chaise", je SENS que c'est vrai.

Si maintenant je dis un mensonge tel que "je suis assise dans un avion", tout le feeling énergétique change et se fera ressentir à différents endroits de mon corps physique (mon ventre, ma poitrine, ma nuque), la sensation sera désagréable (négative).

C'est comme ça que je peux savoir quand quelque chose provient de la Source ou d'ailleurs.

Si je ne me sens pas bien à propos de quelque chose, c'est que ce n'est probablement pas vrai !

INTERVIEWER :
Ok donc est-ce-que vous vivez votre vie à la fois en tant qu'Inelia Benz qui fait toutes ces choses ou en tant que la conscience divine illimitée ? Les deux en même temps ?

INELIA :
Je ne peux pas vraiment répondre à cette question car je ne sais pas vraiment si mon expérience en tant que singularité est la même que celle des autres, car je n'ai pas d'attache directe à elle.

Quand je me connecte à une personne, si j'essaye de voir comment elle voit la vie, je n'arrive pas à voir l'importance de la singularité. Je la comprends à un niveau théorique [j'ai dû d'ailleurs l'apprendre car c'est un élément très important à ce stade du "jeu"], mais je n'arrive pas à réellement saisir ce que signifie vivre en tant qu'Inelia Benz ; je dis souvent qu'Inelia Benz est hors-propos, peu importante ce qu'elle veut ou ne veut pas !

INTERVIEWER :
Cela implique que vous n'êtes pas enfermée dans la perspective d'Inelia Benz, autrement dit elle serait importante pour vous ! Il doit y avoir un contexte plus large dans lequel vous demeurez, et sous cet angle, tout ce qui a trait à Inelia Benz ne présente que peu d'importance.

INELIA :
C'est vrai ! Parfois il m'a été demandé de débuter une relation, ou de faire l'expérience de quelque chose à un niveau très humain. Je demandais "pourquoi faire ?" et au fur et à mesure de l'expérience, j'apprenais des choses depuis une perspective humaine. Je me disais alors "ok donc les gens rencontrent des difficultés avec telle ou telle chose", eh bien trouvons des outils pour les aider !

INTERVIEWER :
Ok donc en ce qui concerne vos "missions", non pas votre but sur Terre mais les missions ponctuelles qui vous sont confiées du genre "fais ceci", "fais cela", qui donne les ordres ? Est-ce-que vous pensez que c'est l'océan de l'intelligence universelle qui envoie des vagues à travers votre vie, ou bien ce sont des êtres individuels qui voient votre vie d'en haut, tels des marionnettistes ?

INELIA :
Je dirais l'océan, de conscience collective peut-être, qui répond aux accords du jeu. Je n'ai aucune attache au travail de la lumière ou au travail de l'obscurité ; je ne vois aucune différence entre eux au niveau spirituel.

Mais dans ce jeu (la vie sur Terre), la conscience collective a choisi d'avoir une expérience différente : les gens en ont assez de la souffrance, la douleur et la peur, et ils veulent désormais une expérience différente.

INTERVIEWER :
Qui donc veut une expérience différente ?

INELIA :
La conscience collective planétaire. C'est ainsi que des êtres comme moi ont répondu à l'appel (de changement) ainsi que des êtres provenant de dimensions/planètes plus élevées et plus subtiles, et nous nous sommes incarnés en tant qu'êtres humains, car c'est le seul moyen de donner un coup de main.

INTERVIEWER :
Ok. Est-ce-que vous savez cela parce que vous les avez vus et avez interagi avec eux, ou parce que vous l'avez lu dans un livre ?

INELIA :
Oh non je ne l'ai pas lu dans un livre ! Quand je rencontre quelqu'un en provenance des Pléiades qui vit ici sur Terre pour la première fois, c'est très clair ! Je le vois !

Parfois je les rencontre dans la rue !

INTERVIEWER :
Donc vous dites que c'est un travail d'équipe de toutes sortes d'êtres provenant de toutes sortes d'endroits, qui sont venus apporter le changement sur Terre qui s'est effectué au niveau de la conscience collective.

INELIA :
Absolument !

INTERVIEWER :
Je vous ai entendu faire allusion à des milliers de personnes de ce genre à travers le monde qui font cela.

INELIA :
En fait ils sont plusieurs millions ! Mais ceux qui en sont conscients et qui savent ce qu'ils font se chiffrent plutôt en milliers.

INTERVIEWER :
Je vois. Il y a beaucoup de gens comme moi qui sentent qu'ils font partie d'un effort plus vaste, en contribuant à leur niveau, mais qui ne sont pas conscients de qui ils sont réellement, si ce n'est de vivre leur vie du mieux possible en faisant ce qui les inspire. Ils ne savent pas s'ils viennent d'une autre planète, quand bien même ce serait le cas.

INELIA :
Mais vous savez tout de même quelque chose...

INTERVIEWER :
Eh bien on sait qu'on est sur le bon chemin, mais en ce qui me concerne je n'ai pas conscience d'une quelconque identité ésotérique ou autre !

Quelqu'un m'a dit un jour que j'avais été Mark Twain dans une vie antérieure mais qui sait !

Bref, est-ce-que vous diriez qu'il y a des millions d'êtres comme vous qui n'ont jamais vécu auparavant, ou est-ce-que c'est plus rare ?

INELIA :

D'après ce que j'en sais, nous ne serions que quelques milliers dans ce cas. La plupart travaille en silence dans leur coin comme je l'ai fait pendant de nombreuses années, d'autres apportent de l'information, et quelques-uns sont appelés à faire leur apparition dans la sphère publique. Je ne sais pas pourquoi... Ce sont des rôles différents.

INTERVIEWER :
Je vous ai entendu parler lors de votre interview avec Bill Ryan des autres choses que vous faites. Par exemple lorsque vous étiez enfant et qu'il vous était demandé de vous rendre à une fête, de vous asseoir à côté de quelqu'un, lui parler, et après il s'est avéré qu'il était guéri de son cancer ! Vous lui avez parlé en portugais alors que vous ne connaissez pas cette langue !

Il y a également cette histoire où vous êtes allés parler à ce tyran qui avait commis des actes horribles... Est-ce-que vous faites encore des choses de ce genre ?

INELIA :
Dans une moindre mesure, oui. Mais depuis que j'ai fait mon apparition dans la sphère publique je ne peux plus tout faire, donc j'ai dû cesser la plupart de mon travail mystique, à savoir me tenir dans la Lumière afin de permettre à ces êtres de transmuter.

Il y avait également des sortes de combats mystiques, lié à mon guerrier intérieur.

Donc j'ai dû cesser tout cela et me limiter à transmettre le message qui est que : chaque personne est être divin extrêmement puissant, les pouvoirs en place ne veulent pas que vous le sachiez car ils veulent continuer leur petit jeu.

INTERVIEWER :
Vous parlez des pouvoirs humains en place ou de forces subtiles obscures ?

INELIA :
Les deux en fait ! Car lorsque j'y jette un œil, il y a des êtres très sombres qui n'ont pas de forme humaine qui veulent continuer comme avant. Ils sont très vampirisants, ils créent et manipulent ces personnes qui appartiennent à l'élite gouvernante. Leur vibration est extrêmement basse, et la vibration la plus basse qu'un être humain puisse générer c'est la peur.

Ils utilisent donc la souffrance et la peur pour vampiriser l'énergie des gens.

INTERVIEWER :
Donc ils se nourrissent de la peur ?

INELIA :
Oui, exactement !

INTERVIEWER :
Il y a aussi des entités humaines qui font cela, telles que l'industrie militaire.

INELIA :
C'est de cette manière que ça se reflète dans notre réalité et notre environnement, à travers ce genre d''humains !


INTERVIEWER :
Oui, je suppose que, pour presque tous les sujets que nous pouvons aborder, on peut penser qu'il y a une manifestation humaine concrète et une expression énergétique abstraite plus subtile (lumineuse ou obscure)

Quelle est votre position concernant le mouvement d'occupation de Wall Street ?

INELIA :
J'ai entendu dire que désormais ça s'appelle mouvement d'occupation du cœur (que chacun occupe son cœur !), ce qui résonne beaucoup plus avec moi que de me dresser contre quelque chose !

En effet, quand vous vous insurgez contre quelque chose, vous entrez immédiatement dans le jeu de la vibration basse.

Lorsque vous avez pris, tout à l'heure, l'exemple de ce tyran devant lequel je me tenais, je ne le jugeais pas, je me contentais de le regarder et de prendre conscience "c'est donc cela la sensation de l'ombre sur ma peau" ; il n'y avait aucune énergie (ni peur ni jugement), je me contentais de le regarder. Cela lui a permis de se transformer en Lumière, de devenir un être de Lumière.

Je pense qu'au niveau du collectif, au niveau de la manifestation, il est très facile de tout faire capoter si les gens se dressent contre quelque chose. Vous devez être prudents car vous entrez dans le petit jeu.

Les gens disent "c'est très bien de méditer et de faire du travail au niveau énergétique, mais nous devons agir !"

Cependant je n'ai pas vu de solutions. Les gens se contentaient de descendre dans la rue et de crier "on veut plus de boulot !" Le problème c'est qu'ils proclamaient par-là "je veux continuer à jouer à ce jeu, je veux continuer à payer pour vivre sur cette planète !", ce qui est complètement ridicule, payer pour vivre sur sa propre planète !

INTERVIEWER :
D'un autre côté, la finesse n'est pas de la partie face à certaines entités dirigeantes en place contre lesquelles les gens manifestent.

Peut-être que si tout le monde méditait seul dans sa chambre les choses changeraient, mais il semblerait qu''il y ait un besoin de s'exprimer haut et fort, ou du moins d'être représentés.

Pendant la guerre du Vietnam, je méditais déjà à l'époque, et je trouvais que ces gens qui manifestaient dans la rue étaient ridicules : je me disais que la méditation était la clé de la paix dans le monde et que nous devrions tous nous y mettre !

A présent, je me dis que ces manifestations étaient nécessaires également, on combat le feu par le feu, il faut frapper un grand coup si on veut pousser les élites dirigeantes à changer leur manière de penser.

INELIA :
Oui, mais personnellement ce n'est pas mon rôle et je ne m'en mêle pas. C'est le rôle d'autres personnes si elles ressentent le besoin de descendre dans la rue. Si elles font capoter l'opération, dommage, sinon excellent !

Mais ce n'est ni mon rôle ni mon travail, même pas d'en parler !

A mes yeux, concernant le système économique, c'est la vibration qui doit changer, et non pas combien de personnes doivent être payées ou à quel prix elles doivent l'être.

Du point de vue vibratoire, le système actuellement en place est asservissant parce qu'il crée dette sur dette ; c'est une énergie d'asservissement parce que c'est une des chaînes de l'asservissement karmique -> la dette, n'importe quelle dette énergétique.

Si les personnes ont des dettes, elles sont liées énergétiquement à la personne ou l'entité vis-à-vis desquelles elles sont endettées !

INTERVIEWER :
Oui, je crois que Shakespeare a dit dans Hamlet "never a lender nor borrower be" (= qu'il n'y ait ni prêteur ni emprunteur)

Je suppose que vous serez d'accord avec moi que le meilleur moyen d'aider un arbre n'est pas d'arroser ses feuilles mais ses racines, afin qu'il puisse croître et que ses feuilles bourgeonnent.

Par conséquent, je comprends votre point de vue selon lequel ce n'est pas le changement des systèmes qui est important mais le changement des consciences ; car dès lors de meilleurs systèmes émergeront.

Cela dit quelqu'un doit se montrer pour implanter ces meilleurs systèmes, et il y aura toujours des gens pour faire cela.

Diriez-vous que ce mouvement d'occupation de Wall Street (qui désormais est mondial) est une expression ou une manifestation de ce changement qui est en train de produire à niveau subtil au niveau de la conscience collective ?

INELIA :
Oui c'est ce que je pense, car jusqu'à présent les gens étaient heureux d'aller se coucher sans jamais questionner quoi que ce soit.

Par conséquent, on peut dire que ce qui arrive maintenant est le reflet des vibrations de la planète qui augmentent. Inévitablement, même les humains les plus endormis vont s'éveiller un tant soit peu ! Et si ça se traduit par manifester dans les rues ou une prise de conscience du style "peut-être que je devrais cesser de travailler à l'usine et consacrer à la peinture comme je l'ai voulu toute ma vie".

Même le plus anodin changement va se refléter dans la conscience collective.

INTERVIEWER :
De quelle manière aidez-vous les gens à augmenter leur taux vibratoire ? Vous avez dit en début d'interview que votre rôle principal était d'augmenter le taux vibratoire de la planète, donc que faites-vous concrètement ?

INELIA :
Actuellement, je ne fais plus pour les gens, car il s'agit d'augmenter soi-même son taux vibratoire ! Quand une personne me donne son pouvoir (sur sa vie), je le lui renvoie en lui disant "je n'en veux pas, faites-le vous-même !"

Je fournis des outils sur mon site web, notamment un texte nommé "fear processing exercice" (transmutation de la peur) qui est l'exercice le plus puissant que j'aie découvert, car une fois que vous transmutez votre peur [qui est la vibration la plus basse qu'un être humain est capable d'exprimer], votre taux vibratoire augmente immédiatement car vous vous débarrassez de votre vibration la plus basse : votre moyenne vibratoire augmente alors.

A partir de là vous pouvez vous connecter à la Lumière et elle augmente encore plus !

Il s'agit vraiment que chacun le fasse soi-même, et non pas qu'Inelia Benz ou qui que ce soit le fasse à leur place. Aux gens qui disent "guérissez-moi" je leur réponds "non, ce n'est pas de ça qu'il s'agit, guérissez-vous vous-mêmes !"

INTERVIEWER :
Donc vous proposez des outils et des techniques sur votre site web. Sont-ils gratuits ou payants ?

INELIA :
Les deux !

La plupart sont gratuits, à savoir les textes et les enregistrements, dont certains sont téléchargeables gratuitement.

En plus de cela j'ai un cours qui coûte 99 $ US, mais les personnes qui n'ont pas les moyens n'ont qu'à nous écrire en nous disant "je n'ai pas assez d'argent mais je m'engage à suivre ce cours en entier". C'est tout ce qu'ils ont à faire pour le recevoir gratuitement. Il est ici question d'échange énergétique, s'ils s'engagent à suivre le cours en entier, ils l'obtiennent gratuitement.

INTERVIEWER :
Combien de temps ça prend de suivre ce cours ?


INELIA :
Tout dépend de la personne, car ce cours est composé je crois de 20 unités, et une personne doit travailler sur chaque unité jusqu'à ce qu'elle ressente qu'elle est prête à passer à la suivante.

Tout est question d'augmenter son taux vibratoire à travers ses différents corps : physique, émotionnel, mental, égoïque, énergétique -> les corps subtils.

Elle en traite un à la fois, puis à la fin elle effectue un exercice d'ascension collective de tous ses corps.
L'ascension désigne l'expansion de la conscience, et non pas le fait d'aller quelque part.

INTERVIEWER :
Est-ce-que ça prend 1h/jour ? 20 mn/jour ?

INELIA :
Je conseillerais 30 minutes par jour. Il me semble que l'exercice le plus long du cours dure 30 minutes.

INTERVIEWER :
Y at-il un intérêt quelconque à suivre ce cours avec d'autres personnes (de manière collective) ou bien est ce qu'il s'agit plutôt d'une démarche individuelle ?

INELIA :
J'ai entendu parler d'un groupe de personnes qui le suivent ensemble au Québec, une sorte de groupe d'études, mais en définitive ça dépend des préférences de chacun et ça ne change strictement rien aux résultats.

INTERVIEWER :
Est-ce-que c'est sans effort ? Tout le monde en est capable ou bien certaines personnes sont meilleures que d'autres ?

INELIA :
Il a été conçu de façon à être accessible à tout le monde. Il ne contient ni dogme, ni croyances en quelque chose de supérieur.

Si une personne ne croit pas au contenu d'un exercice, elle peut se contenter de le faire comme un rêve éveillé.

Certaines personnes ont du mal avec la visualisation. Même si un exercice requiert de visualiser telle ou telle chose, vous pouvez vous contenter de la ressentir ou de l'écouter.

Le seul effort requis est de s'assoir pendant 30 minutes et de faire l'exercice !

INTERVIEWER :
Mais je veux dire, ce n'est pas quelque chose d'ardu ? Quelque chose qui vous laisse en nage à la fin de l'exercice ?

INELIA :
Non, pas du tout !

INTERVIEWER :
Un enfant peut-il suivre le cours ou il y a un âge minimum requis ?

INELIA :
Pour pouvoir l'acheter, la loi oblige d'être âgé d'au moins 18 ans.

INTERVIEWER :
Quel genre de témoignages avez-vous reçu ? Combien de personnes ont suivi ce cours ? Quel degré de réussite ont-ils obtenu dans leur vie ?


INELIA :
Le feedback a été stupéfiant, y compris de la part de très vieilles âmes qui ont déjà fait tout ce que vous pouvez imaginer sur cette planète et qui m'ont écrit "ce cours est génial !"

Entre les exemplaires vendus et ceux que l'ont a offert gratuitement, on a écoulé au total des centaines de milliers de copies !

INTERVIEWER :
Vous êtes probablement une femme riche !

INELIA :
Euh, si j'en vendais davantage, oui ! Mais la réponse est non !

INTERVIEWER :
Beaucoup de personnes choisissent la version gratuite, n'est-ce pas ?!

Heureusement qu'ils vont jusqu'au bout du cours !

INELIA :
Oui, et vu que je reçois tellement d'emails, j'ai besoin de personnel pour s'en charger. Je dois payer l'hébergement du site, le webmaster, des personnes pour s'occuper des commandes et des requêtes... mais je n'ai pas à m'en soucier, les choses se déroulent à la perfection. (sous entendu la vie qui s'écoule harmonieusement)

De toute façon, les personnes qui ont besoin de ce cours l'obtiendront ! (sous-entendu elles y seront guidées)

INTERVIEWER :
Donnez-vous des conférences, organisez-vous des retraites ou des choses du genre ?

INELIA :
Très peu. J'ai organisé deux séminaires : un à Sacramento en Californie avec Bill Ryan [nous avons décidé que nous ne voulions vraiment plus travailler ensemble donc nous avons arrêté d'en faire] ; un Meet and Greet à Grass Valley le 23 octobre 2011.

Ce dernier était génial, parce que pour moi le nouveau paradigme ce n'est pas me trouver en face de personnes à qui j'enseigne des choses, c'est plutôt une connexion énergétique entre les gens.

C'est un auditoire, pas des disciples, donc ils peuvent quitter la pièce s'ils le souhaitent, écouter différents intervenants.

Le nouveau paradigme, c'est donc le network (réseau) : ces points de lumière qui se connectent les uns aux autres. Nous partageons, nous apprenons les uns des autres.

Tous les événements que j'organiserai seront basés sur la connexion et non pas l'enseignement, car les gens n'ont plus besoin qu'on leur enseigne quoi que ce soit. Ils savent ce qu'ils veulent, ce dont ils ont besoin.

De toute façon, tout ce que j'enseigne est disponible sur mon site internet !

C'est la connexion énergétique entre nous et en tant que groupe le plus important.

J'ai eu l'occasion de me connecter à des personnes merveilleuses à travers le monde, et c'est le plus grand bénéfice que j'ai tiré de ces événements, donc les prochains que j'organiserai porteront sur la connexion entre nous et en tant que groupe.

INTERVIEWER :
Quelqu'un a dit, mais je ne me souviens plus qui, que "le prochain bouddha est le Sangha".

Sangha signifie le groupe ou la conscience collective. Donc il ne s'agit pas d'un individu qui viendrait sauver le monde, mais plutôt un groupe qui évolue ensemble comme vous dites.

Il y a tellement d'enseignants de nos jours, et on dirait qu'il s'agit plus d'un rapport ami/ami, plutôt que d'une personne illuminée supérieure qui enseignerait à la masse.

INELIA :
Exact, donc à tous ceux qui cherchent un Sauveur, je leur dis "regardez-vous dans le miroir !"

INTERVIEWER :
Est-ce-que vous êtes optimiste par rapport au déroulement des événements ?

INELIA :
Absolument, tout se passe à merveille !

INTERVIEWER :
Pensez-vous qu'il va y avoir beaucoup de traumatismes pendant la transition ?

INELIA :
Je pense que tout dépend de l'attachement de chacun à sa réalité actuelle. Si l'attachement est fort, la personne va souffrir, car la souffrance est le reflet de l'attachement : elle se manifeste lorsque la personne perd la chose à laquelle elle est attachée, ou lorsqu'elle a peur de la perdre !

A contrario, si vous n'avez pas d'attachement, tout se passera bien ! Lorsque vous prenez conscience que vous créez votre réalité, que vous pouvez faire l'expérience de ce que vous voulez réellement, que vous choisissez de ne plus apprendre à partir de la souffrance mais au contraire d'apprendre comment créer, que vous choisissez d'être le créateur de votre réalité et le co-créateur de réalités supérieures.

INTERVIEWER :
On dirait qu'en plus des attachements individuels il y a les attachements collectifs, en tant que société par exemple, en tant que culture, les systèmes économiques et politiques... Et beaucoup de ces choses ont des conséquences graves, telles que la destruction de l'environnement ou le maintien de milliards de personnes dans la pauvreté alors qu'il y a suffisamment de ressources pour tous.

On dirait que beaucoup de ces choses doivent changer et s'effondrer, mais cet effondrement risque d'être douloureux pour ceux qui y sont attachés...

INELIA :
Absolument. Quand je vois la vibration de la conscience collective et de la planète augmenter, ça la rend toxique pour les vibrations basses.

Par conséquent, dans un tel contexte, l'expérience d'un être humain qui émet des vibrations basses va être douloureuse.

INTERVIEWER :
Donc vous dites qu'il y a une sorte d'ultimatum, que si les gens n'augmentent pas volontairement leur taux vibratoire, la transition va être particulièrement inconfortable pour eux, peut-être même catastrophique, contrairement à ceux qui ont participé à l'augmentation de cette vibration collective...

INELIA :
Oui !

INTERVIEWER :
C'est un peu comme ce que je ressens depuis longtemps, à savoir que le changement est inévitable ; et tous ces enseignants qui sont venus sur Terre ont essayé de "lubrifier le mécanisme" afin de faciliter le processus pour tous et limiter la souffrance.

INELIA :
Oui car le changement a déjà eu lieu ; mais si vous prenez la réalité de quelqu'un et que vous la modifiez complètement d'un coup, je ne sais pas si cet individu peut survivre.

A un niveau physique déjà, le corps n'aime pas penser que la table n'est pas "solide", donc je ne pense pas que le changement pourrait avoir lieu en un instant.

Pour ce qui est de ceux qui veulent vraiment aller de l'avant et en ont assez de l'ancien système, ils verront que tout brille autour d'eux.

Mais à un niveau de masse collective, il faut y aller un pas après l'autre, et il faudra attendre trois générations afin de réellement faire l'expérience du changement.

Cela dit, vous pouvez en faire l'expérience dès maintenant, mais il y a quelques points importants pour ce faire :

* vous augmentez votre taux vibratoire en transmutant votre peur, et instantanément vous manifesterez la moindre de vos pensées, à condition qu'elles soient en harmonie avec votre chemin de vie (ça ne concerne pas l'égo !)

* je reçois des centaines d'emails de personnes qui me demandent "est-ce-que j'ai été choisi, est-ce-que j'ai réussi, est-ce-que je suis du bon côté du changement ?". Je leur réponds "il ne s'agit pas d'être choisi mais plutôt ce que vous choisissez d'être ! Réfléchissez à ce que vous avez choisi d'être et vous saurez où vous en êtes !"

Croire que quelqu'un d'extérieur (Dieu ou un extra-terrestre) va vous choisir et vous placer dans le changement est une croyance de l'ancien paradigme, à savoir que quelqu'un va vous sauver !

La question est : avez-vous suffisamment augmenté votre taux vibratoire pour être prêt à ascensionner ?
Si vous vous demandez si vous avez été choisi, la réponse est "évidemment, car vous savez de quel côté du changement vous souhaitez vous trouver!"

INTERVIEWER :
Lorsque vous dites que ça prendra trois générations, qu'entendez-vous par là ? Qu'on va morfler d'ici-là et qu'après ce sera paradisiaque ?

INELIA :
Le nouveau paradigme concerne l'Unité en tant que groupe. Nous pouvons unir à un petit groupe pour créer quelque chose de supérieur, ou nous unir à l'échelle de la conscience collective [en gardant notre singularité] pour faire partie de la singularité plus vaste : c'est une "nouvelle" [ce n'est pas la première fois mais le cycle se répète !] expression de la réalité.

J'entends par trois générations le fait que les individus qui veulent continuer à faire une expérience de vibration basse, très solide, vont mourir pour renaître ailleurs (sur une autre planète) afin de continuer leur chemin d'apprentissage.

Quand à ceux qui savent qu'ils veulent avoir cette nouvelle expérience de vie sur cette planète, ils peuvent la vivre dès maintenant s'ils le décident.

Les gens ne veulent pas perdre leurs êtres chers : si les gens qui n'étaient pas prêts pour cette nouvelle dimension disparaissaient d'un coup, que se passerait-il ? Les personnes qui sont ici et qui veulent continuer l'expérience souffriraient, d'où le délai de trois générations.

De plus, les corps ont aussi besoin de s'adapter.

INTERVIEWER :
Oui, et j'espère que nous ne passons pas pour des élitistes avec ces propos "les personnes à vibration basse doivent mourir pour que les personnes évoluées puissent avoir une vie heureuse !"

J'ai plutôt l'impression que c'est une expérience ouverte à tous les volontaires, tout le monde peut monter dans le bus...


INELIA :
Oui, c'est à chacun de choisir l'endroit le plus adéquat à son évolution. Il n'y a ni jugement par rapport à qui veut rester ou partir et pourquoi.

Si nous trouvons que ce raisonnement est élitiste ou que nous jugeons, nous devons transmuter cela, car une personne n'a pas plus de valeur qu'une autre, c'est juste un choix différent d'expérience.

INTERVIEWER :
Il peut y avoir une sorte d'orgueil spirituel, quand des gens sont persuadés d'être plus évolués que les autres ou que leur groupe est le meilleur ; ou alors les autres enseignants n'ont pas la vérité que mon enseignant possède... ce genre d'âneries !

INELIA :
Absolument ! Si quelqu'un vous dit qu'il possède la seule et unique vérité, prenez vos jambes à votre cou car il n'y a pas une seule et unique vérité !

INTERVIEWER :
Notre interview diffère du type d'interviews que je réalise habituellement et ça ne me pose pas de problème, j'ai une vision large de la spiritualité ; je ne pense pas que le monde en dehors de la dualité soit d'une seule et unique manière.

Si on observe depuis le point de vue de Dieu, l'Univers est immense, il y a beaucoup d'âmes et beaucoup de chemins de vie !

Il y a beaucoup de mystères que le cerveau ne peut pas comprendre, c'est un Univers vaste et mystérieux.

Vous avez évoqué les extra-terrestres à plusieurs reprises, et cela me rappelle ce que j'ai vécu dans les années 80 lors du décès de mon père. J'étais avec un ami à Denver, Colorado, et je feuilletais ce livre qu'il avait de Billy Meier, agriculteur suisse qui avait eu un contact avec les extra-terrestres. Cela avait éveillé ma curiosité, je me suis mis à lire d'autres livres sur le sujet, puis j'ai arrêté lorsque je me suis aperçu qu'ils ne racontaient rien de nouveau.

D'après vous quel rôle jouent les vies extra-terrestres à notre époque, ou peut-être à travers l'Histoire, dans l'évolution de notre planète ?

INELIA :
Eh bien au niveau physique, ils ont apporté beaucoup de matériel génétique : les êtres humains ne sont pas vraiment le résultat naturel de l'Evolution.

En ce qui concerne notre époque en particulier, les extra-terrestres et les êtres provenant d'autres dimensions sont nos cousins : nous sommes tous comme une grande famille composée de membres variés dotés d'intérêts et de niveaux différents ; ils sont tous humanoïdes (pas tous mais en tout cas ceux qu'on peut voir !) mais ils ne sont ni des anges, ni des dieux, ni des sauveurs.

Pourquoi s'intéressent-ils à nous ? Eh bien parce qu'ils font partie de notre collectif au sens large. Nous sommes génétiquement reliés à eux : ce que nous faisons ici sur cette planète les affectera directement.

Ceux en provenance d'autres planètes qui se sont incarnés ici en tant qu'humains veulent évidemment accélérer l'augmentation du taux vibratoire de la Terre.

D'autres sont ici parce qu'ils veulent que leur collectif prenne place à cette évolution : dès qu'ils vivent des expériences ici, leur collectif en bénéficie aussitôt.

A un niveau physique, j'ai entendu un tas de gens dire qu'ils avaient eu un contact avec des extra-terrestres, qu'ils étaient montés dans leur vaisseau : que l'expérience ait été positive ou négative, cela dépend exclusivement de leur accord (libre-arbitre), car personne n'a le droit de vous infliger une expérience négative sans votre autorisation.

Même si on vous disait "nous sommes supérieurs à toi, nous allons pratiquer des expériences sur toi" et que vous répondez "pas question !", eh bien ils en seront incapables !
INTERVIEWER :
Pourquoi serait-ce le cas si ça ne se passe déjà pas comme cela entre humains ?

L'Histoire regorge de choses horribles qui ont été infligées à des personnes sans leur accord apparent : prétendez-vous qu'il y avait une sorte d'accord tacite avant même leur incarnation, comme le fait d'aller à Auschwitz par exemple ?

INELIA :
Tout ce qui vous arrive sur cette planète y compris au niveau physique nécessite votre accord préalable, que ce soit celui de votre âme ou qu'il vous ait été plus ou moins imposé, comme si une personne s'approche d'un enfant et lui dit "je suis un adulte, tu dois faire ce que je te dis" et que l'enfant lui répond "ok" ou bien alors "je ne crois pas, non !

INTERVIEWER :
Je vois, donc ce n'est pas nécessairement un accord formel mais plutôt un accord contraint...

INELIA :
Absolument !

INTERVIEWER :
Dans ce cas précis on ne peut pas vraiment parler d'accord, on a par exemple des lois interdisant le sexe avec des mineurs car ils ne sont pas en mesures de prendre des décisions éclairées ! Donc je ne pense pas que ce soit vraiment logique d'appeler ça un accord...

INELIA :
Eh bien au niveau énergétique ils sont obligés d'avoir un accord ! Un "oui, d'accord !" est indispensable, même si c'est à travers la peur : c'est d'ailleurs comme ça que des extra-terrestres ont pu faire des choses horribles à des humains -> "tu me fais très peur, donc tu peux me faire des choses horribles !"

Certaines personnes ont choisi d'avoir une expérience de vie durant laquelle ils ne se souviennent pas qu'ils soient les souverains de leur vie, et cette forme d'inconscience est en train d'être retirée de l'expérience de la planète.

La nouvelle expérience c'est désormais quand la personne est consciente et peut accepter ou refuser ce qui va leur arriver.

INTERVIEWER :
Je vois. Pensez-vous que cette activité extra-terrestre est due au fait qu'il se passe quelque chose de spécial sur cette planète à notre époque qui attire leur attention ?

INELIA :
Oui c'est ce que je pense. Quand je scanne (parcours des yeux) les centaines d'espèces différentes présentes autour de la Terre, qui observent, certains veulent juste regarder, d'autres prendre part à l'expérience, d'autres encore y contribuer, et d'autres la stopper.

Il y a tout un tas d'êtres différents, pas seulement des extra-terrestres mais aussi des êtres ultra-dimensionnels.

INTERVIEWER :
Quand vous dites que vous scannez, vous voulez dire que vous regardez avec les yeux de l'esprit (mind's eye) et que vous êtes capables de voir tous ces êtres ?

INELIA :
Oui !



INTERVIEWER :
Est-ce-que c'est votre quotidien, quelque chose de complètement normal pour vous ? Tous les jours vous faites quelque chose de ce genre ?

INELIA :
Absolument !

INTERVIEWER :
Intéressant ! Décrivez-moi votre journée type, votre routine au niveau ésotérique. Que faites-vous pour enquêter, aider, etc ?

INELIA :
La première chose que je fais le matin c'est de scanner afin de voir s'il y a des émotions, des sentiments ou autre chose qui attire mon attention, au niveau physique ou à un niveau subtil.

S'il y a quelque chose, je me concentre dessus, je me contente de le regarder, je l'accepte, l'accueille et le transmute : généralement cela m'apporte une information.

J'avais l'habitude de méditer pendant 30 minutes chaque jour et c'était suffisant pour ce que j'avais à faire, à savoir télécharger de l'information, regarder des choses qu'on me demandait de regarder ou encore faire des choses qu'on me demandait de faire (faire des recherches, chercher une personne...)

INTERVIEWER :
Et ces choses concernaient le monde entier je suppose ?

INELIA :
Oui ! Mais il y a quelques mois, en juillet 2011 je crois, on m'a demandé de méditer pendant quatre heures ! Je me suis dit "oh la la, mon corps n'est pas habitué ! Pourquoi devrais-je faire ça ?"

En fait, ce qui était demandé à beaucoup de personnes à ce moment là c'était de s'ancrer [en se séparant de leur entité égotique évidemment] afin de permettre à l'énergie pure en provenance de la Source de pouvoir s'ancrer dans la conscience collective de la planète Terre : plus on passe des heures à faire cela, mieux c'est.

A travers cela, je recevais plus d'information, d'instructions, d'idées afin de devenir plus efficace pour augmenter le taux vibratoire de la planète : comment faire, avec quels outils, ce que je peux faire en tant que personne et singularité, et le faire !

La Source m'a demandé de faire ce travail jusqu'en 2017 dans la sphère publique.

J'ai eu d'autres rôles auparavant, et à chaque fois qu'ils étaient terminés j'ai eu la possibilité de partir (sous-entendu quitter la planète). On m'a également soumis d'autres requêtes : "au lieu de partir, pourrais-tu faire ceci ou cela ?"

C'est ce qui m'est arrivé en janvier dernier, j'y ai réfléchi et j'ai accepté de rester !

En 2017 j'aurai probablement une nouvelle occasion de partir, ou il me sera peut-être proposé une nouvelle mission, et je déciderai à ce moment-là si je le ferai ou non.

L'expérience de la vie en tant qu'être humain est très difficile pour moi, et lorsque j'étais âgée d'une vingtaine d'années j'avais envie de jeter l'éponge !

Mais à notre époque actuelle c'est plutôt excitant, c'est la première fois que je me suis montrée enthousiaste à l'idée d'être ici (la Terre) ainsi que d'être aux USA, car c'est d'ici que ça va affecter toute la conscience collective !

Je prends donc du plaisir à vivre cela, je prends le temps de sentir les fleurs, je dois "promener mon corps" chaque jour.

A part cela, la majorité de mon temps est consacrée, y compris pendant mon sommeil, à devenir plus efficace dans la réalisation de ce travail.

INTERVIEWER :
Vous avez l'air de vous amuser !

INELIA :
Oui, énormément !

INTERVIEWER :
Ok, je vous laisse le mot de la fin !

INELIA :
Oui, il s'agit de quelque chose dont on a parlé tout à l'heure : que chacun prenne conscience que le plus grand secret qu'ils (les dirigeants actuels) ne veulent pas que vous sachiez est que vous êtes un être extrêmement puissant qui peut créer sa propre réalité, qui peut co-créer avec les autres, qui a le contrôle total là-dessus au niveau physique, émotionnel, mental et environnemental.

Remplissez le formulaire ci-dessous pour contacter l'auteur de l'événement
 
Votre nom :
Votre prenom :
Votre mail :
Votre demande :
Recopiez le code dans le cadre ci-dessousCAPTCHA Image
Code

Rejoignez-nous
Pseudo Mot de passe

Vidéoconférences, CD, DVD et livres.